Jean Lin Descamps

Jean-Lin Descamps
Né à Lille en 1934
Diplômé des Beaux-Arts de Lille et de Paris
Académie Julian, La Grande Chaumière
Elève du publiciste CASSANDRE, il travaille dans son atelier. Il y fait la connaissance de Balthus.
Peintre décorateur sur porcelaine, il commence à peindre à 30 ans.

Célèbre depuis les années 60 pour ses gibiers, ses trompe-l’oeil, ses paysages, aquarelles et dessins, il a notamment été défendu par les galeries Vasse et Mischkind à Lille, la galerie Lanzenberg à Bruxelles, la galerie Reich à Cologne, ou encore la galerie Morantin-Nouvion à Paris.
Disparu du milieu artistique depuis 20 ans, il a repris la peinture en 2016.
C’est un artiste étonnant, anachronique, maître du dessin, observateur patient du réel qui nous offre des compositions sensibles et subtiles. Les scènes qu’il nous livre sont très composées, les poses sont à la fois naturelles et figées, hors du temps. Artiste d’une rare qualité qui n’appartient pas à la mode passagère, son œuvre est classique dans son vrai sens.

Son pinceau capte avec douceur et certitude son intense amour des êtres et des choses. Sa peinture est un regard heureux posé sur le monde. Il nous livre ce que nous recherchons le plus au monde : la paix du coeur, la pureté, le retour aux sources de la nature et de la vie.
On dirait qu’une brume lumineuse, qu’un voile clair et léger nous sépare des personnages.

Jean-Lin Descamps nous séduit par son étrangeté, nous emmène dans un monde fait d’autres préoccupations, d’autres attachements. L’artiste semble concentrer en eux toute la saveur de la vie.
Tout se passe comme si le voile diaphane de l’oubli avait estompé légèrement les contours pour les magnifier, pour les auréoler de cette nostalgie inhérente aux plus irremplaçables instants qui ont fui à jamais.
La précision du trait, la délicatesse et le raffinement, l’élégante simplicité de ses compositions nous enchantent et laissent jaillir l’émotion artistique, une émotion où la sensibilité aiguë n’empêche pas la sérénité.